Journal le Lavalois

« Signes pour dire »

« Signes pour dire »

Un nouveau langage pour les jeunes ayant des troubles de développement de langage.

Le comité exécutif EHDAA (élèves handicapés et en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage) de la commission scolaire des Premières-Seigneuries présentait une journée toute spéciale dans le but de mettre à l’avant les divers moyens mis en place pour répondre aux besoins particuliers des élèves.

Projets-école ayant reçu un prix

  • L’école secondaire Le Sommet pour son projet Le Phare, un local de répit destiné aux élèves ayant un trouble du spectre de l’autisme.
  • L’école spécialisée Joseph Paquin pour son projet Signes pour dire, une aide technologique adaptée aux besoins des élèves présentant des troubles de langage suite à une déficience auditive.

Qu’est-ce que l’école Joseph Paquin ?

Joseph Paquin est une école faisant partie de la commission scolaire des Premières-Seigneuries, dans la région  de Québec. Elle est située dans l’arrondissement de Charlesbourg, sur la 64e  Rue Est. Ce milieu accueille des élèves, âgés de 4 à 21 ans, présentant un trouble du langage et/ou une surdité entraînant des limitations fonctionnelles.

À l’école Joseph Paquin, plusieurs aménagements physiques ont été réalisés : la salle Snoezelen permet à plusieurs jeunes d’améliorer leur concentration, leur capacité de relaxation ainsi que l’acquisition de connaissances, un local d’arts plastiques et d’art dramatique, une salle d’entraînement physique, une cuisine équipée, etc.



Cette école est une des rares au Québec à être munie d’une salle d’évaluation en audiologie. Elle est utilisée par l’audiologiste, à l’emploi du CIUSSS qui travaille dans l’école auprès de la clientèle ayant une surdité.

Les élèves qui fréquentent cette institution ont vraiment de la chance car tout est pensé pour eux, ils sont le centre d’intérêt de toute l’équipe.

Signes pour dire

J’ai rencontré Mélanie-Anne Thomassin, l’instigatrice de cette nouvelle méthode à l’école Joseph Paquin, son lieu de travail.  Dynamique et très impliquée, Mélanie rêve grand. Elle veut faciliter l’intégration de ses étudiants dans la société. Sa plateforme numérique « Signes pour dire » atteint, sans contredit, les objectifs qu’elle s’est fixés.  « Quand je regarde les élèves finissants, des jeunes entre 15 et 21 ans, je me dis qu’ils auront peut-être la vie un peu plus facile. »

Des avantages remarquables

Cette plateforme numérique contient plus de 13 000 images, vidéos, pictogrammes disponibles  gratuitement sur le Web pour la consultation :

  • Elle rend les élèves plus autonomes dans leur apprentissage et leurs communications.
  • Les familles, les milieux de stages et d’emplois sont ravis de pouvoir utiliser cet outil qui facilite grandement leurs relations.

« On voit déjà une belle amélioration dans les relations en milieu de travail, tout est plus facile quand on se comprend, dit Mélanie.

Cette aide technologique est en constante évolution et continue de changer la vie de plusieurs familles de jeunes en difficultés d’apprentissage et de communication. Plusieurs partenaires dont la Fondation des Sourds du Québec offre un support constant afin d’y parvenir.

Longue vie à l’école Joseph Paquin et à Signes pour dire.

Publicités