Journal le Lavalois

La Traverse de Laval sera-t-elle enfin rénovée?

La Traverse de Laval sera-t-elle enfin rénovée?

La ville de Lac-Beauport vient de conclure un appel d’offres pour la réfection du chemin Traverse de Laval, fortement endommagé et source de conflits depuis plus de 10 ans dans la couronne Nord de Québec. Les travaux sont espérés cet été.

Si 2020 demeurera l’année du coronavirus, pourrait-elle aussi devenir celle de la fin de la saga entourant le chemin Traverse de Laval? C’est ce que souhaite le maire de Lac-Beauport, monsieur Michel Beaulieu. Son administration vient tout juste de conclure un appel d’offres lancé en mars pour la réfection d'un peu plus de deux kilomètres, au coût estimé entre 3,5 et 4 millions $. L'entrepreneur choisi devrait être connu sous peu.

Le maire de Lac-Beauport est ainsi allé de l’avant puisqu’il a la conviction qu’une aide financière sera au rendez-vous cette année. Le programme de subventions pour la réfection des routes du gouvernement provincial à la suite du pacte fiscal nous fait dire que l’argent pourrait venir bientôt, affirme monsieur Beaulieu.

L’automne dernier, les villes du Québec se sont en effet entendues avec la province sur un pacte de
730 millions $ sur cinq ans, dès 2020. Malgré la pandémie, nous respecterons les engagements pris dans le cadre du pacte fiscal, assure le cabinet de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation.

Selon le maire Beaulieu, les projets de réfection de routes sont parmi les priorités de ce pacte. Son administration a donc décidé de prendre de l’avance en publiant l’appel d’offres. Si cette annonce arrive rapidement, on sera prêt, dit-il. Le maire espère éponger 75 % de la facture avec l’aide gouvernementale.

Vieux dossier

Ce n’est pas la première fois que la réfection du chemin, fortement endommagé sur un peu plus de deux kilomètres du côté de Lac-Beauport, est annoncée. Elle devait être réalisée en 2018, puis en 2019, mais a été reportée à chaque fois.

D’une part parce que les subventions n’étaient pas au rendez-vous, selon le maire. L’autre écueil concerne le camionnage lourd. Lac-Beauport veut l’interdire, mais Sainte-Brigitte-de-Laval, plus enclavée, dit dépendre du chemin Traverse de Laval, l’un des deux seuls axes routiers qui mènent à la municipalité.

Monsieur Michel Beaulieu souligne que si jamais Lac-Beauport reçoit le financement espéré, il va communiquer avec son homologue à Sainte-Brigitte-de-Laval, monsieur Carl Thomassin, pour conclure une entente sur le camionnage. Il s’attend à ce que ces discussions se passent bien.

Monsieur Thomassin confirme que la ville de Sainte-Brigitte-de-Laval réalise actuellement des analyses, mais que celles-ci ne sont pas complétées. La seule route alternative est l’avenue Sainte-Brigitte, qui converge vers le boulevard Raymond, dans le secteur Beauport.

Source : David Rémillard
Photo : Radio-Canada/Carl Boivin

 

 

Publicités