Journal le Lavalois

Marc-André Labbé, un pompier en grande forme

Marc-André Labbé, un pompier en grande forme

Marc-André Labbé est un pompier premier répondant à temps partiel du Service de la sécurité publique de Sainte-Brigitte-de-Laval.

Pour gagner sa vie, il est opérateur de machinerie lourde depuis 17 ans et travaille actuellement dans une entreprise de l’Île d’Orléans où il est né. Il mesure 5 pieds, 10 pouces et pèse 155 livres. Ce ne sont pas les mensurations d’un mastodonte, mais Marc-André peut réaliser des exploits remarquables au plan physique, dignes d’un athlète de haut niveau.

Il a en effet participé en juillet dernier à la compétition FireFit qui avait lieu à Témiscouata-sur-le-Lac que le champion mondial en 2018, Claude Bélanger, un pompier de Témiscouata, décrit comme étant le sport le plus exigeant qui soit se déroulant en deux minutes.

Vêtu de son uniforme de combat et de son masque à air comprimé, Marc-André Labbé a d’abord grimpé les six étages d’une tour avec un boyau de 45 livres dans les bras. Rendu au sommet de la tour, il a tiré, à l’aide d’une corde, un autre boyau du même poids.

Une fois les marches descendues une à une, il a simulé une entrée en frappant un morceau de métal avec une masse. S’ensuit une course où il a dû contourner des obstacles, saisir un boyau d’arrosage et toucher une cible avec l’eau.

Finalement, il a traîné, à reculons, sur une centaine de pieds un mannequin de 175 livres jusqu’à la ligne d’arrivée. Marc-André a réussi toutes ces épreuves en 2 minutes 46 secondes. Un exploit remarquable pour une première participation.

Comment arrive-t-on à s’intéresser, à participer à une compétition aussi exigeante au plan physique?

La première fois qu’il a vu le FireFit à la télévision, il a dit à son père « Un jour je vais être pompier et je vais participer au FireFit ». Mais, il fallait d’abord qu’il devienne pompier et lorsque la Ville de Sainte-Brigitte-de-Laval lance, en 2013, une invitation aux personnes intéressées à devenir pompier, il n’hésite pas une seconde.

Une fois sa formation complétée, il intègre le Service et  réalise alors un rêve qui coïncide avec la naissance de son premier enfant.

L’entraînement est loin d’être une corvée pour Marc-André qui a joué au hockey et fait du kickboxing pendant plusieurs années. Il a participé avec des collègues pompiers de Sainte-Brigitte-de-Laval à des compétitions qui lui donnent un avant-goût des FireFit. Lorsqu’il fait part de son intention de s’inscrire à cette compétition, le lieutenant aux opérations, Jean-Philippe Leclerc, qui y a déjà participé, lui prodigue généreusement de précieux conseils pour faciliter sa préparation. Le directeur du Service, M. Moïse Mayer et ses collègues lui manifestent leur appui.  

Son plus grand soutien provient de sa conjointe, Mme Geneviève Boucher, une Lavaloise, avec qui il partage sa vie et leurs deux enfants, Léa, six ans, et Émile, trois ans. « Sans elle, je n’aurais pu réaliser mes rêves, soit d’exercer un métier de pompier et de participer au FireFit » dit-il.

Une équipe tissée serrée

Le métier de pompier requiert une bonne forme physique. « Être en forme, permet de conserver son calme dans des situations critiques, de bien réfléchir et de réagir rapidement » souligne M. Labbé.

Mais au-delà de la forme physique, l’esprit d’équipe et le besoin d’être au service des citoyens doivent primer.

J’ai eu la possibilité de réaliser quelques entrevues avec des membres du Service de la sécurité publique et ils ont tous témoigné de leur passion pour leur métier et de la solidarité qui règne au sein de l’équipe.

Marc-André entend participer une nouvelle fois au FireFit. « Je veux réaliser un meilleur chrono, j’ai beaucoup appris et je vais travailler fort pour m’améliorer au plan technique » dit-il. Parions qu’il réussira à atteindre son objectif.

 

Publicités