Journal le Lavalois

Souvenir

Souvenir

Les vaches à Théodore

À l’époque, notre maison longeait la grange et l’enclos des vaches, c’était un plaisir pour nous de les nourrir à travers la clôture. On leur offrait de l’herbe, des pissenlits, des queues de betteraves et comme dessert des carottes du jardin.

Un beau matin, en se levant, ma mère aperçoit deux vaches qui se régalaient allègrement dans son jardin.Furieuse, elle attrape le balai et les poursuit jusque dans leur champ. Pas bête, les vaches, elles avaient trouvé un trésor. Elles revenaient presque tous les jours déguster des légumes frais du jour.

Lasse de faire la chasse aux vaches, ma mère nous crie : « C’est aujourd’hui que ça s’arrête, apportez-moi le grand chaudron. Dépêchez-vous avant que votre père revienne du travail et surveillez si quelqu’un vient ».

Elle attache une vache au poteau de la balançoire, attrape une vieille chaudière, s’asseoit dessus et traie les deux vaches à Théodore. Elle remplit ainsi deux  grands chaudrons de lait.

Après avoir reconduit les vaches, elle nous réunit dans la balançoire, et nous dit : « Cette aventure doit rester  un grand secret. On ne sait jamais ce qui peut arriver, » dit-elle.

Nous les filles, on en a jamais parlé mais mon frère, lui, s’est longtemps servi de ce secret pour obtenir des permissions ou éviter des punitions. Il n’avait qu’à crier : « Maman a tiré les vaches à Théodore, maman a tiré les vaches à Théodore » et ça marchait....


Publicités