Journal le Lavalois

Conseils de jardinage

Conseils de jardinage

1 - Comment choisir le bon couvre-sol

La bonne plante pour la bonne utilisation

 

Que c’est joli, un tapis de plantes vivantes! Il suffit de les planter en quinconce à deux fois le diamètre de la motte de racines et, rapidement, on ne voit plus le sol. Les couvre-sols sont à entretien minimal. Pas de tonte, pas d’arrosage, laissez-les pousser, tout simplement. Mais il faut choisir selon vos besoins.

Un couvre-sol pour vos besoins

 

En situation ombragée

Si le soleil se fait plutôt rare chez vous, voici de bonnes variétés à essayer : asaret d’Europe (Asarum europaeum), zone 3; bugle rampante (Ajuga reptans), zone 3; pachysandre du Japon (Pachysandra terminalis), zone 4; lamier maculé (Lamium maculatum), zone 2, petite pervenche (Vinca minor), zone 4; tiarelle cordifoliée (Tiarella cordifollia), zone 3.

Au soleil brûlant


Parfois, le soleil est trop intense et menace d’assécher le sol. Voici des variétés à tenter : armoise de Steller (Artemisia stelleriana), zone 3; genévrier horizontal (Juniperus horizontalis), zone 2; oreilles d’agneau (Stachys byzantina ‘Silver Carpet’), zone 3; sédum rupestre doré (Sedum rupestre ‘Angelina’).

Entre les pierres


Il n’y a rien comme un couvre-sol très bas pour combler les interstices entre les pierres et empêcher la croissance des mauvaises herbes. Voici de bons sujets : herniaire glabre (Herniaria glabra), zone 4, mousse écossaise (Sagina subulata ‘Aurea’), zone 3; thym serpolet (Thymus serpyllum), zone 3.

Tolérant du passage des pieds

Rares sont les couvre-sols qui résistent au piétinement, voici quelques exceptions : herbe-aux-écus (Lysimachia nummularia), herniaire glabre (Herniaria glabra), zone 4; renouée du Népal (Persicaria affinis); thym serpolet (Thymus serpyllum), zone 3.

2 - Planter les vivaces


On peut planter les vivaces en toute saison, du moins, tant que le sol n’est pas gelé, mais habituellement, on le fait au printemps ou à l’automne. Personnellement, je le fais aussi en été et je ne manque pas mon coup mais il ne faut pas oublier d’arroser.

Étapes pour planter des vivaces

 

  • Arrosez la vivace avant de la planter : elle sera plus facile à dépoter et cela aide aussi à empêcher l’assèchement des racines.
  • Creusez un trou de la même profondeur que la motte de racines et deux ou trois fois plus large.
  • Mélangez du compost, du vieux fumier ou encore, un engrais à dégagement lent à la terre prélevée, le mélangeant bien. Cela assurera une bonne croissance au cours des années à venir.
  • Pour enlever la plante du pot, inversez-la et donnez une bonne tape sur le fond avec la paume d’une main, supportant la plante avec l’autre. La motte de racines devrait presque glisser dans votre main.
  • Si les racines sont éparpillées assez également tout autour de la motte, placez la motte comme telle dans le trou. Si les racines tournent en rond, enveloppant la motte, il serait utile de tirer dessus pour les dégager.
  • Centrez la plante dans le trou et comblez l’espace autour avec la terre prélevée.
  • Tassez doucement et arrosez abondamment.
  • Pendant les prochaines semaines, arrosez au besoin afin que la terre reste relativement humide. Planter une vivace n’est pas plus compliqué que cela!

3 - Comment choisir son terreau

Pour un développement optimal de vos végétaux, optez pour le bon terreau. Le fait de le choisir adéquatement vous permettra d’éviter bien des erreurs ou des regrets.

Préparer le sol avant la plantation

 

Recommandation numéro 1 : la terre noire, c’est non! Il est préférable de choisir au minimum une terre à jardin et d’y ajouter du compost. Pas le goût de mélanger? Un terreau prêt à utiliser contenant de la terre, du compost et de la mousse de tourbe de sphaigne est excellent pour presque tous les projets. Sa recette a été spécialement développée pour que les végétaux aient une croissance optimale selon leurs conditions de culture et leurs exigences.


Si la terre existante est de bonne qualité, il peut être suffisant d’ajouter du compost avant la plantation des végétaux pour l’enrichir.

Par contre, si le sol est très sablonneux ou rempli de débris, il est avantageux d’excaver et de remplacer le sol existant par un terreau de plus grande qualité, surtout si les futures plantations sont des plants de légumes ou d’autres cultures exigeantes. Pour de grandes quantités de terreau, la terre en vrac s’avère une option économique.

Pour la culture en contenant, il est important d’opter pour un terreau conçu spécifiquement pour ce type de projet. Ces terreaux sont plus légers et se drainent bien, tout en ayant une capacité de rétention en eau assez élevée pour que les végétaux survivent à une journée de canicule sans que vous n’ayez à sortir l’arrosoir plusieurs fois en quelques heures.

Combien payer pour de la terre à jardin?

 

Une terre de qualité coûte un peu plus cher que les terres à rabais. Trouver de la terre à moins de 1 $ le sac, c’est une aubaine pour votre porte-monnaie, mais pas pour votre projet. Les aubaines restent des aubaines et vous en aurez toujours pour votre argent.

Il vaut donc mieux investir dans un terreau de qualité pour bien démarrer le potager, la plate-bande ou pour la plantation d’un nouvel arbre. Un bon départ est gage d’une excellente croissance pour les années futures. Demandez conseil lors de votre prochaine visite dans une jardinerie.

Passez un bel été!

Publicités