Journal le Lavalois

Yannick Turcotte

Yannick Turcotte

Un petit gars de chez nous invité  au camp des recrues des Islanders

Yanick Turcotte a grandi au domaine Chantaube, sur la rue des Merisiers. Il a appris à lire et à écrire à l’école du Trivent et a tenté ses premiers coups de patins sur la patinoire du village. Il y passait toutes ses fins de semaine, un vrai maniaque. 

Voilà comment débutait la première entrevue qu’il a offert au journal Le Lavalois en août 2013. Il avait alors  17 ans.  il mesurait  6 pieds et pesait 197 lbs. À l’époque, il était ailier gauche et aimait le hockey rapide, il appréciait particulièrement le jeu physique et robuste.

Et ça dure encore.....

 

Yannick a cumulé neuf buts et 30 points, ainsi que 335 minutes de pénalité, en quatre saisons dans l’uniforme des Remparts. Lors de ses quatre saisons, par le biais de ses mises en échec et de ses combats, il a protégé ses coéquipiers tout en ayant son utilité à titre d’employé de soutien.

« J’étais en voiture quand le dépisteur m’a appelé. Il m’a dit qu il pensait que je méritais une chance. Il trouvait que j’avais du cœur et que je faisais du bon travail sur le plan  physique ». 

Yanick Turcotte a grandi au domaine Chantaube, sur la rue des Merisiers. Il a appris à lire et à écrire à l’école du Trivent et a tenté ses premiers coups de patins sur la patinoire du village. Il y passait toutes ses fins de semaine, un vrai maniaque. 

Voilà comment débutait la première entrevue qu’il a offert au journal Le Lavalois en août 2013. Il avait alors  17 ans.  il mesurait  6 pieds et pesait 197 lbs. À l’époque, il était ailier gauche et aimait le hockey rapide, il appréciait particulièrement le jeu physique et robuste.

« J’ai un gros été d’entraînement. Je fais de la boxe, de la course et je vais au gymnase. Je vais arriver prêt ».

Il entend prouver aux dirigeants des Islanders qu’il peut à la fois tenir un rôle de joueur énergique et de dur à cuire dans le but d’obtenir une invitation au camp officiel. Il croit vraiment qu’il a une chance 

Certains penseront qu’ils ont des chandails à remplir, mais c’était la même chose à sa première année avec les Remparts, pourtant, il a réussi à se faire une place. 

« La question est de savoir si je peux jouer au hockey à un niveau élevé. Je veux leur montrer que je suis capable de patiner avec eux, et ce, dans mon style ».

Bonne chance Yannick et que la force soit avec  toi!

Publicités