Journal le Lavalois

Chemin de Compostelle - Bagnères-de-Bigorre (2)

Chemin de Compostelle - Bagnères-de-Bigorre (2)

La lumière brille au bout du tunnel, Marcel doit sortir de l'hôpital demain.  Je me croise les doigts.

Ce qui me manque le plus, c'est un bon repas.  Je mange à l'hôpital avec Marcel.  Je suis saturée des pâtés et du fromage. En passant, la nourriture d'hôpital en France n'est pas meilleure que celle des hôpitaux du Québec.

Être malade chez-soi, c'est pénible, mais à l'étranger c'est pénible et compliqué.  Très difficile de rejoindre les assurances par téléphone car j'avais acheté une carte SIM française d'où l'impossibilité de composer un numéro 1-800.  J'avais un numéro à frais virés mais personne n'a pu m'expliquer comment l'utiliser.  Une chance que ma fille a pu servir d'intermédiaire.  Les assurances me harcelaient avec des questions auxquelles je ne pouvais répondre et l'administration de l'hôpital s'inquiétait parce qu'elle avait peur de ne pas être payée.

 

 

Changer une réservation d'auto s'avère une tâche facile mais attention, on a plus les même tarifs.  J'avais payé 231$ pour 9 jours mais là, ça va me coûter plus de 900 $ pour 14 jours.  La grève des transports en France contribue à l'augmentation des prix.  Une modification de dernière minute hausse également les tarifs considérablement.

Pour les réservations d'hébergement, on s'en tire à bon compte car il y en avait que je pouvais annuler 24 heures à l'avance.  D'autres ont accepté de modifier les dates sans frais.

Les plans ont donc changé et, c'est dans ma belle petite Fiat bourgogne avec l'intérieur blanc crème que nous allons poursuivre le voyage.  Fini la marche pour cette année.  J'en suis triste mais nous n'avons pas d'autres solutions; la santé de Marcel passe en premier.     

Publicités