Journal le Lavalois

Compostelle - St-Jean-Pied-de-Port

Compostelle - St-Jean-Pied-de-Port

J'avais pris la décision de ne pas marcher aujourd'hui s'il pleuvait mais à 7 h, ce matin, la pluie s'est arrêtée.  Les astres se sont donc alignés pour que j'arrive à St-Jean-Pied-de-Port sur mes pattes.  

La première partie du chemin de la montagne était assez boueuse.  En plus d'avoir les souliers détrempés, un pouce de boue collait sous mes semelles.  Mes mollets en ont récolté tout autant.  Le brume envahissait la montagne. La visibilité ne dépassait pas 10 mètres.  J'étais seule. J'ai demandé à mes anges gardiens de me guider.  Curieusement, je n'étais pas vraiment inquiète. Au contraire je me sentais en confiance.

Une émotion d'accomplissement m'a gagnée lorsque j'ai vu la porte de St-Jean-Pied-de-Port. Je suis fière d'avoir dépassé ma peur de me perdre, de m'être fait confiance.  Chaque chemin nous apprend quelque chose sur nous. Celui-ci m'a permis d'accepter mon insécurité et de la dépasser.

Je soupe et couche au gite paroissial (gite religieux). Nous sommes 13 pélerins et avec les bénévoles 17 pour le souper.  On dirait une grande famille et une ambiance festive.  Au menu, potage, poulet, fromage, dessert.  Il y a des gens de la Hongrie, de la Hollande, de plusieurs régions de France, de l'Asie.   

    

Photos:1- arrivée à la porte de St-Jean 2- St-Jean vu de la porte 3- maison typique basque 4- St-Jean

 

P.S. Depuis que je marche je vois un nombre impressionnant de plantes piquantes.  J'ai toutes les jambes égratignées.  Aujourd'hui de chaque côté du chemin et au centre il y en avait.  Cela complexifiait la marche

 

 

 

 

Publicités